Deux nouvelles plateformes dédiées aux systèmes embarqués

Carnauto intègre deux nouvelles plateformes à son offre de R&I ! Issues du Carnot Télécom & Société numérique, ces plateformes présentent un fort potentiel pour le secteur de l’automobile et des mobilités connectées avec une expertise et des outils dédiés aux systèmes embarqués.

Le robot Lego Mindstorm sert de plateforme d’expérimentation et d’éducation sur les systèmes embarqués. Il permet aux chercheurs d’effectuer des tests en se focalisant sur les aspects logiciels, le matériel étant fourni sous forme de « briques » Lego.

Plateforme RAMSES : garantir les exigences temporelles

La plateforme RAMSES offre aux développeurs des outils pour rationaliser la conception de systèmes temps réel embarqués critiques. La dimension temporelle est particulièrement importante pour ces systèmes qui ont parfois à charge l’exécution de fonctions dites « critiques » : si une opération informatique prend plus de temps que prévu, elle peut engendrer une défaillance du système. Dans les transports, ils assurent par exemple l’absence de collision entre deux véhicules.

D’un point de vue logiciel, le temps est géré par un système d’exploitation temps-réel dont RAMSES automatise la configuration tout en garantissant le respect des exigences temporelles du système. La plateforme fonctionne comme un compilateur de langage AADL. Ce langage permet de décrire des architectures informatiques, il définit des catégories de composants logiciels ou matériels, comme un processeur par exemple. RAMSES va faciliter l’assemblage de ces catégories entre elles pour représenter le système avec différents niveaux d’abstraction. L’outil analyse le temps associé à chaque tâche pour vérifier qu’il n’y ait pas de dérives excessives par rapport aux bornes temporelles imposées. En cas de forte divergence, RAMSES peut indiquer quelles étapes du processus posent problèmes et facilitera la correction du code ADDL.

Cet outil apporte ainsi un meilleur contrôle des temps de latence et une meilleure gestion du flux dans les opérations de transmission.

Découvrez ici l’entretien avec Étienne Borde, chercheur sur les systèmes embarqués à Télécom ParisTech (Carnot Télécom et Société numérique), qui a mis au point la plateforme RAMSES.

 

TTool aide à l’amélioration de la sécurité des systèmes, comme dans le cas des portes automatiques de métro. Photo : P.K. – flickr.

Plateforme TTool : assurer sécurité, sureté et performance

La plateforme TTool aide à concevoir des systèmes embarqués plus sûrs dans leur utilisation, protégés des cyberattaques et plus performants. Cet outil permet de réaliser des modélisations et de la vérification. La force de cette plateforme est d’assurer deux dimensions primordiales : la sûreté de fonctionnement (en garantissant que les systèmes ne provoquent pas d’incidents humains ou n’aient pas d’impact économique fort) et la cybersécurité (en rendant impossibles certaines attaques).

Pour le volet sûreté de fonctionnement, les concepteurs de systèmes embarqués veulent savoir si un cas d’erreur est atteignable ou pas. Il est possible de rendre ces cas d’erreur inatteignables en dégradant le fonctionnement du système de façon volontaire lorsqu’un cas d’erreur a une forte probabilité de se produire. Le système est moins efficace, mais au moins il ne met pas en danger l’utilisateur. Cela permet d’intégrer des propriétés de sûreté dans le système lui-même. TTool facilite la mise en place de ces fonctionnalités. L’outil analyse le système et les cas d’erreur possibles. Le développeur modélise son système, saisit les propriétés que celui-ci doit vérifier, l’outil lui indique ensuite si oui ou non la sûreté est assurée.

Pour le volet cybersécurité, TTool étudie les vulnérabilités des systèmes embarqués à des attaques, notamment celles qui consistent à lire ou injecter des données sur les liens de communication du système. L’outil est capable de détecter ce type d’attaques, puis d’ajouter automatiquement les briques logicielles et matérielles pour contrer ces attaques. Ces briques permettent ainsi d’assurer la confidentialité des données, d’empêcher un attaquant de se faire passer pour un utilisateur, ou encore d’indiquer si une donnée a été altérée par un assaillant.

Les cas d’usage dans le secteur des transports sont nombreux. Par exemple, dans le cadre d’un projet européen H2020 AQUAS, TTool analyse les systèmes ferroviaires pour l’automatisation des portes. Objectif : détecter si des cyberattaques pourraient impacter le moment auquel les portes s’ouvrent ou se ferment.

La plateforme TTool offre aux industriels un filet de sécurité dans la phase de développement des systèmes embarqués. Elle permet d’augmenter la confiance dans un produit dès la phase de conception. A noter, l’outil est accessible en open source, l’équipe de recherche intervient pour améliorer ses capacités dans le cas d’un partenariat industriel.

Découvrez ici l’entretien avec Ludovic Apvrille, chercheur à Télécom ParisTech (Carnot Télécom et Société numérique), à l’origine de cette plateforme.